Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Dysfonctionnements en radiothérapie : pas d'"effet délé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bartatac

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Alors que les radiothérapies de 4 CHU ont été suspendues, l'Afssaps s'est voulue mardi rassurante à propos des 620 patients qui doivent être rappelés.Il ne s'agit pas de surradiation mais d'un problème sur un type d'appareil aux CHU de Nancy, Montpellier, Tours et Paris. Au CHU de Montpellier, il n'y aurait "aucun risque". Un numéro national, le 0820.03.33.33 a été mis en place

Au lendemain de la suspension par le ministère de la Santé "par mesure de précaution" des radiothérapies stéréotaxiques du cerveau effectuées par des appareils de la société allemande Brainlab dans quatre centres hospitaliers (Nancy, Montpellier, Tours et Paris), l'Afsspas a cherché mardi à rassurer les 620 patients concernés (lire notre article). Les autorités sanitaires n'ont pas "à ce jour" identifié d'"effet délétère" chez ces patients, a-t-elle indiqué mardi.
Jean-Luc Godet, de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a pour sa part estimé que "l'événement se situerait plutôt dans le bas" d'une échelle de gravité "à venir", précisant que l'ASN travaillait à la mise en place de cet instrument d'évaluation. "Mais il faut analyser les effets à six mois ou un an", a-t-il tempéré au cours d'une conférence conjointe avec l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). A titre de comparaison, l'accident de radiothérapie d'Epinal se situerait "en haut de cette échelle", l'incident de Toulouse-Rangueil, "plutôt dans le bas", a indiqué Jean-Luc Godet.
Problème identifié
Quant aux causes du dysfonctionnement, il est dû à un "problème de couplage entre trois éléments", a expliqué Jean-Claude Ghislain, directeur de l'évaluation des dispositifs médicaux de l'Afssaps. L'appareil de radiothérapie Brainlab, l'accessoire de stéréotaxie permettant de cadrer le faisceau (Leksell) et le logiciel de planification (Brainlab).
Le problème a été identifié lors de la mise en service d'une configuration de ce type en Espagne, a indiqué Jean-Claude Ghislain. La société Brainlab a alors averti, en milieu de semaine dernière, les quatre sites concernés en France, "court-circuitant" les autorités sanitaires, a précisé le directeur général de l'Afssaps, Jean Marimbert.
Même ton rassurant de la part du directeur de l'Agence Régionale d'Hospitalisation, Alain Corvez : selon lui, les autorités ont lancé cette "procédure d'alerte" pour interpeller le fabricant, en appliquant strictement "le principe de précaution".
"Aucun risque" à Montpellier
Peu avant, le médecin Christine Kerr, du centre régional de lutte contre le cancer Val d'Aurelle à Montpellier, avait tenu à "dédramatiser" la situation des 16 patients concernés à Montpellier : il n'y a "aucune lésion n'est à attendre" pour eux". Le professeur Jean-Bernard Dubois, directeur du centre régional de lutte contre le cancer, a lui aussi affirmé sur Sud-Radio qu'il n'y avait "aucun risque" pour les "16 patients" montpelliérains, car il n'y a eu "aucune surradiation".
"Il y a eu simplement du décalage dans le repérage, au niveau du plan de traitement, entre nos mesures à nous et le logiciel du constructeur, a expliqué Jean-Bernard Dubois. Mais les irradiations n'ont pas été effectuées avec ce décalage car nous avons apporté des mesures de correction, donc il n'y a eu aucune erreur."
Avant qu'un patient soit traité par des micro-faisceaux de haute énergie, un cadre est vissé sur sa tête, pour permettre le repérage spatial de la zone à traiter avec une précision millimétrique, a expliqué le Dr Christine Kerr. "Nous avons observé un problème de précision du positionnement avec les cadres Leksell. Et il nous est parfois arrivé d'annuler une séance parce que nous n'avions pas la précision requise. Mais ce n'est ni un incident, ni un accident, ni une erreur : c'est quelque chose que l'on connaît", a-t-elle insisté. "Nous travaillons depuis deux ans à améliorer cette précision du positionnement. Le fabricant Brainlab est interpellé parce qu'il faut continuer à affiner les logiciels pour parvenir à une précision en dessous du millimètre", a poursuivi le médecin.
Un numéro national
Les quatre CHU concernés par la suspension des radiothérapies sont le Centre Alexis Vautrin de Nancy, le CHU de Montpellier, le CHU Bretonneau de Tours et le CHU de la Pitié-Salpétrière à Paris. Sur les 620 patients qui doivent être rappelés pour consultation, 500 ont été traités au CHU de la Pitié-Salpétrière à Paris. 51 patients sont concernés à Nancy. La procédure de rappel des patients, par courrier et téléphone, est en cours. Le ministère a mis en place un numéro national, le 0820.03.33.33 (12 centimes d'euros la minute) pour répondre à toute demande d'information des patients et de leurs proches.

Voir le profil de l'utilisateur

Bartatac

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
je sens encore qu'on nous cache bcp de choses sur cette affaire....

Voir le profil de l'utilisateur

Savoyard

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Franck, allons, la vérité est ailleurs Rolling Eyes

http://www.asn.fr/ (le site de notre "gendarme", à nous, personnel du nucléaire Laughing )


_________________
Kick only
Voir le profil de l'utilisateur

cel


Invité
franck te dit merci pour le lien

Yerdua


Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Ca fait peur, tu vas te faire soigner pour un truc et tu ressorts en plus avec une autre ******... Evil or Very Mad

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kelboreve.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum