Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Carnage dans un lycée : la finlande sous le choc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

yaya

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Un étudiant a semé le carnage en tirant méthodiquement, hier, sur ses camarades de lycée d'une petite ville finlandaise, tuant 10 personnes avant de se loger une balle dans la tête, une tuerie qu'il avait préméditée en postant des messages de menaces sur YouTube.
L'auteur de la fusillade, qui a eu lieu dans un lycée d'enseignement professionnel de la localité de Kauhajoki, est mort à l'hôpital des suites de ses blessures, a-t-on appris de source policière et hospitalière.
« A présent, le nombre des morts est de 10 et le tireur est mort. Onze personnes ont trouvé la mort », a déclaré à l'AFP le chef de la police de Kauhajoki, Urpo Lintala. Un précédent bilan faisait état de neuf morts.
Une fusillade similaire avait choqué la Finlande il y a moins d'un an.
L'auteur de la tuerie d'hier, Matti Juhani Saari, un élève de 22 ans dans la branche restauration, avait été interrogé lundi par la police après qu'il eut mis sur YouTube une vidéo le montrant en train de s'entraîner avec une arme. Sur une autre vidéo, il s'exclamait « Vous serez les prochains à mourir ».
Il a commencé à tirer sur tout ce qui bougeait dans le lycée à partir de 11 heures du matin, selon des témoignages concordants.
Les tirs ont duré plus d'une heure dans l'enceinte de ce lycée de Kauhajoki, ville de 14 000 habitants du sud-ouest de la Finlande, à 360 kilomètres à l'ouest de la capitale.
« J'ai entendu des coups de feu, et des cris de filles hystériques. Deux filles sont ensuite venues vers mon bureau et m'ont dit qu'un homme bizarre était en train de tirer », a indiqué au téléphone à l'AFP Juk- ka Forsberg, gardien de l'établissement.
« J'ai entendu des tirs incessants. Il a changé de chargeur. Il était très bien préparé. Il portait des habits noirs et avait un style militaire. Il marchait calmement », a-t-il ajouté.
Selon la ministre de l'Intérieur, Anne Holmlund, l'officier de police qui l'avait interrogé la veille sur la vidéo le montrant en train de s'entraîner avec une arme n'avait pas estimé nécessaire de lui retirer sa licence de port d'arme. « Il avait obtenu en 2008 une licence temporaire pour une arme de calibre 22 », a-t-elle ajouté.
Une recherche avec le mot-clé Kauhajoki a donné quatre courtes vidéos postées, il y a entre cinq jours et trois semaines, par un certain Wumpscut86, un pseudonyme derrière lequel se cacherait l'auteur de la fusillade.
Ces vidéos ont été rapidement retirées du site de partage et le compte de l'internaute a été suspendu.
Les vidéos n'étaient plus visibles sur le site de YouTube hier après-midi. Elles montraient un jeune homme d'une vingtaine d'années en train de tirer en pleine nature avec une arme de poing, présentée comme un Walther P22 dans les descriptifs.
Le tireur ponctue l'une de ces séances de tir en levant la main gauche et en adressant un « Goodbye » à la caméra. « You will die next » (« Vous serez les prochains à mourir »), dit-il sur une autre vidéo en pointant sa main libre vers la caméra, avant d'ouvrir le feu à quatre reprises près de l'appareil.
Neuf élèves sont morts dans une même classe et un autre dans un couloir, selon la police. Le tireur avait allumé des feux ce qui complique la tâche pour identifier les victimes.
« Certaines d'entre elles ont été gravement brûlées et les identifications pourraient prendre du temps », a indiqué une porte-parole de la police, Tuula Kyren.
La ville de Kauhajoki était complètement sous le choc, les habitants ne comprenant pas comme une telle tragédie a pu se reproduire en Finlande.
Il y a un peu moins d'un an, un jeune de 18 ans avait provoqué une tuerie dans un lycée de Tuusula, paisible localité de 30 000 habitants à quarante kilomètres au nord d'Helsinki, tuant huit personnes avant de se suicider.
Le Premier ministre finlandais Matti Vanhanen devait se rendre à Kauhajoki aujourd'hui et a demandé que les drapeaux soient mis en berne à travers le pays.


© Le Bien Public et AFP

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum