Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Gabon : mort du président Omar Bongo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

yaya

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Une incertitude a plané sur le moment de sa mort. Annoncée dimanche par le Point, la mort d'Omar Bongo
a été rendue publique officiellement lundi. Le président gabonais est
décédé lundi après-midi, selon son Premier ministre. Celui qui
dirigeait le Gabon depuis plus de 41 ans, s'est éteint dans un hôpital de Barcelone, en Espagne, des suites d'un cancer. Il avait 73 ans. "C'est
à 14h30 que l'équipe médicale m'a informé, ainsi que les officiels et
membres de la famille présents, que le président de la République, chef
de l'Etat, Omar Bongo Ondimba, venait de rendre l'âme des suites d'un arrêt cardiaque
", indique ce message du Premier ministre Jean Eyeghe Ndong.
Nicolas Sarkozy a exprimé lundi "beaucoup de tristesse et d'émotion" après l'annonce du décès d'Omar Bongo, assurant que la France était "dans cette épreuve aux côtés du Gabon, de ses institutions et de son peuple". L'ancien président de la République Jacques Chirac et son épouse Bernadette ont salué la mémoire du président gabonais, qui "aura réussi à s'imposer comme un sage" contribuant "à la paix et à la stabilité de l'ensemble du continent" africain. "A la tête de la République du Gabon, Omar Bongo
n'aura eu de cesse pendant plus de quarante ans d'oeuvrer au
développement économique et social de son pays, comme de l'Afrique
entière
", selon un communiqué des époux Chirac. La France "perd un ami", a pour sa part affirmé le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

De son côté, l'ancienne juge Eva Joly a brisé lundi soir le concert de louanges entourant la mort du président gabonais Omar Bongo, estimant que s'il "avait bien servi les intérêts de la France" notamment par "la manne pétrolière", il n'avait pas "le souci de ses citoyens". Et pour l'avocat Me William Bourdon, "la disparition du président Bongo ne change rien aux poursuites en cours dans l'affaire des biens mal acquis". Il a rappelé que "plusieurs membres de sa famille" sont également visés par une plainte devant la justice française.

Des fraudes

Albert-Bernard
Bongo - son prénom avant sa conversion à l'islam en 1973 à
l'instigation du colonel libyen Mouammar Kadhafi - est parvenu au
pouvoir pacifiquement, une exception en Afrique. Issu de l'ethnie
Bateke, une tribu minoritaire vivant aux confins du Congo, dans l'Est,
il était en effet le vice-président de Léon Mba, premier président de
l'ancienne colonie française, et son successeur désigné lorsque
celui-ci mourut en novembre 1967, sept ans après l'indépendance.

Né le 30 décembre 1935, Omar Bongo
entame sa carrière politique au ministère de Affaires étrangères en
1960 après des études à Brazzaville du temps de la présence française.
Il fait ensuite partie du cabinet de Mba avant d'être choisi en 1966
comme son dauphin et lui succède le 28 novembre 1967. En 1968, Bongo
crée le Parti démocratique gabonais (PDG), qui restera 22 ans le parti
unique, avant de céder aux pressions françaises et à celles de la rue
en faveur d'un multipartisme qui reste largement de façade.

Chef
d'Etat non élu jusqu'en 1993, il remporte une première présidentielle
chaotique en décembre de la même année malgré les protestations pour
irrégularités de ses adversaires. La mission d'observation américaine
dira ne pas être mesure de déterminer l'origine des fraudes. Bongo
gagne à nouveau en 1998 et l'autorisation des partis d'opposition n'y
change rien: l'ascendant de cet homme petit et trapu - et grand buveur
- sur son petit pays d'un million et demi d'habitants est incontestable.

En
2003, Bongo obtient du parlement l'abrogation de la limitation à deux
mandats présidentiels consécutifs, ce qui inspire à son principal
opposant Pierre Maboundou, chef de l'Union du peuple gabonais, le
sentiment que Bongo veut être "président à vie" du pays. Deux ans plus
tard, il recueille 79,2% des suffrages lors d'une nouvelle élection
émaillée d'incidents dans le centre de la capitale Libreville.

Un pays dominé par une petite élite

Sur
le plan international, il avait reçu en 1986 le prix Dag Hammaraskjold
pour ses efforts en vue de résoudre le conflit frontalier
tchado-libyen. En France, son nom est aussi étroitement lié aux
relations parfois troubles entretenues par Paris et ses anciennes
colonies. Omar Bongo
était ainsi visé par une enquête sur les biens mal acquis des plusieurs
présidents africains dans la capitale française et sur la Côte d'Azur.

Lors
de son admission dans un hôpital de Barcelone, fin mai, le gouvernement
gabonais avait expliqué qu'il devait s'y remettre du choc éprouvé lors
du décès en mars de son épouse Edith, la fille du président de la
République du Congo Denis Sassou Nguesso.

Le gouvernement avait
fait savoir qu'en cas d'absence prolongée du chef de l'Etat, la
présidente du Sénat, Rose Francine Rogombe, 66 ans, membre du Parti
démocratique gabonais (PDG) au pouvoir, assurerait l'intérim. Le pays
est dominé par une petite élite étroitement solidaire et les opposants
redoutent que le fils du président, Ali ben Bongo, actuel ministre de
la Défense, ne profite du vide du pouvoir pour en prendre la tête.


© AFP

Voir le profil de l'utilisateur

Bartatac

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Le fils d'un dictateur remplace son père en gros quoi

Voir le profil de l'utilisateur

ygjg

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Omar Bongo est mort,la “reine Christine” en deuil
La suite est ici :=> http://www.rfiengreve.info/

Et Nanard le bon French doctor continue son chemin de croix!!!
http://www.bnnnews.it/deuil.asp

Voir le profil de l'utilisateur

yaya

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
lol

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Bartatac a écrit:Le fils d'un dictateur remplace son père en gros quoi

Le même fils qui a écrit cette chanson pour fêter la visite du président Français (VGE) à Libreville en 1975 et dont je vous laisse savourer les paroles:
"Giscard est l'ami de Bongo
Bongo est l'ami de Giscard,
la France est l'amie du Gabon
Le Gabon est l'ami de la France"

Et çà a fait un tube là-bas (véridique, j'ai encore le 45 tours) Smile

Invité


Invité
bip ; il n'y a plus de gabonais au numéro que vous avez demandé .
bip ; il n'y a plus de gabonais au numéro que vous avez demandé .
bip ; il n'y a plus de gabonais au numéro que vous avez demandé .
bip ; il n'y a plus de gabonais au numéro que vous avez demandé .

ok je sors.

yaya

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
soleil10

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Qui a vu le film avec Forest Whitaker : Le dernier roi d'Ecosse ?

Ce film fait froid dans le dos : dictature que tu nous tiens !

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum