Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les défaillances d'entreprises françaises se stabilisent

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bartatac

avatar
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
ÉCONOMIE - D'après Coface, en avril, elle reste sous la barre des 60.000 sur douze mois...

Une année stable et des cas isolés. Tel est le panorama décrit par le baromètre des défaillances d'entreprises françaises entre avril 2012 et avril 2013 de l’assureur-crédit Coface. Le pic des défaillances enregistrées en 2009 s’éloigne à peine. Sur les quatre premiers mois de l’année 2013, elles ont baissé de 3,9% avec 20.625 défaillances relevées par rapport à la même période de l’an passé. Au total, c’est 59.630 défaillances sur un an coulant, entre mai 2012 et avril 2013, en recul de 0,1%.

Mais ce chiffre est en trompe l’œil: seules les entreprises individuelles s’en sortent (-8,2% de défaillances en moins sur un an) tandis que les sociétés commerciales coulent (+3,1%). Coface note ainsi «les entreprises françaises continuent d’afficher des fragilités majeures» et affirme que «la baisse de janvier à avril ne devrait pas se confirmer sur l’ensemble de l’année».

Les PME les plus touchées

Paradoxalement, le rayon de soleil provient de la stabilisation du nombre de pertes d’emplois associé aux défaillances, avec 191.183 postes menacés sur ces douze derniers mois (+0,2%), loin des sommets de 2009 (218.858). Les plus gros cas enregistrés dernièrement sont notamment Kem One (1.780 salariés) ou encore Virgin (1.216 employés) qui viennent alourdir la balance.

C’est pourtant bien les PME qui sont le plus touchées avec une hausse de 3,7% sur un an juste devant les ETI, les entreprises de taille intermédiaires. A l’inverse, les TPE tirent de mieux en mieux leur épingle du jeu, avec une baisse de 8,7% de défaillances sur un an et même une chute vertigineuse de 30% en 2013.

L’agroalimentaire s’améliore, malgré Doux et Spanghero

Dans le détail, la construction, les services à la personne, l’automobile et transport sont les trois secteurs les plus affectés. La première représente 33% des défaillances françaises, un chiffre à mettre en parallèle de la baisse de 11,2% des mises en chantier. Les maçons, les peintres et les électriciens sont ainsi les premiers concernés. Du côté des services à la personne, le redressement judiciaire de Domaliance 75 (1.100 emplois) symbolise la glissade du secteur (+4,4%). L’automobile souffre de la chute inexorable du nombre d’immatriculations (-11,7% en 2013).

L’agroalimentaire connait lui une chute des défaillances (-3,8%) bien que le secteur ait été miné par les cas Doux puis Spanghero, liquidé le mois dernier, et qui ont coûté cher (+129,9% du coût - c'est-à-dire le cumul de l'encours fournisseurs de chaque entreprise défaillante - des défaillances sur un an). De même, le textile-habillement baisse en nombre de défaillances (-2,4%) tout comme le papier-bois en recul de 15,1%.

© 20 min

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum