Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Décès de Lucie Aubrac

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Décès de Lucie Aubrac Empty Décès de Lucie Aubrac le Jeu 15 Mar - 12:49

Invité


Invité
Décès de Lucie Aubrac, grande figure Bourguignonne de la résistance.

http://www.levif.be/CMArticles/ShowArticle.asp?articleID=2255&sectionID=10

2Décès de Lucie Aubrac Empty Re: Décès de Lucie Aubrac le Jeu 15 Mar - 13:57

Bartatac

Bartatac
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
La résistante Lucie Aubrac est décédée mercredi soir à l'Hôpital suisse de Paris, à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, à l'âge de 94 ans. Grande figure de la Résistance, elle était l'une des fondatrices du réseau Libération-sud.
Née le 29 juin 1912, dans une famille de vignerons bourguignons, Lucie Aubrac, agrégée d'histoire, est professeur au lycée de Strasbourg, où elle rencontre Raymond Aubrac, ingénieur des Ponts qu'elle épouse en décembre 1939. Au début de la guerre à l'automne 1940 en zone libre, elle rencontre à Clermont-Ferrand, le journaliste Emmanuel d'Astier de la Vigerie qui organise un petit groupe clandestin "la dernière colonne" et fait paraître un journal clandestin Libération, qui devait aboutir au réseau de Libération-sud, un des premiers mouvements de Résistance.
"Madame conscience"
Lucie Aubrac enseigne ensuite au lycée de jeunes filles Edgard-Quinet de Lyon jusqu'en novembre 1943, date à laquelle elle est révoquée pour ses convictions gaullistes. A partir de novembre 1942, elle dirige dans la région lyonnaise, un corps franc qui organise des évasions et par un judicieux stratagème, elle parvient en mai 1943, à faire libérer son mari, emprisonné depuis mars.
Le 21 juin 1943, Raymond Aubrac est arrêté par Klaus Barbie avec Jean Moulin et une dizaine de résistants. En octobre 1943, avec ingéniosité et sang-froid, les armes à la main, Lucie Aubrac réussit à nouveau à soustraire son mari des griffes de la Gestapo, ainsi que treize autres prisonniers qui parviennent à s'enfuir lors du coup de main organisé par la Résistance. Recherchée à son tour par la Gestapo, elle est envoyée en Angleterre en février 1944 pour représenter le Mouvement de libération nationale à l'Assemblée consultative.
Deux films racontent son histoire
Après la guerre, celle qu'Emmanuel d'Astier de la Vigerie avait surnommée "Madame conscience", a notamment été juré non parlementaire à la Haute Cour de justice du procès Pétain. Elle poursuit ensuite son engagement militant, notamment pour Amnesty international, et dans les rangs du Réseau Femmes pour la parité, qui dénonce la sous-représentation des femmes au Parlement. Elle se mobilisa aussi en faveur des sans-papiers.
En 1997, le réalisateur Claude Berri rend hommage à son passé de résistante avec son film Lucie Aubrac, incarnée par Carole Bouquet. En avril 1998, Lucie Aubrac et son époux obtiennent que l'historien Gérard Chauvy et son éditeur Albin Michel soient condamnés pour "diffamation publique" à propos du livre Aubrac, Lyon 1943. Cette condamnation est approuvée en juin 2004 par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Grand officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 39-45 et médaillée de la Résistance, Mme Aubrac, mère de trois enfants, était l'auteur de "Ils partiront dans l'ivresse" (1984), et de Cette exigeante liberté (1997). Deux films racontent son histoire : Boulevard des hirondelles (1993), et Lucie aubrac (1997).




Cérémonie aux Invalides


Une cérémonie, proposée par Jacques Chirac au mari de la défeinte, aura lieu aux Invalides pour son inhumation, à une date qui sera rapidement déterminée. Jacques Chirac a exprimé jeudi sa "tristesse" et son "émotion", déplorant une "grande perte pour la France". Pour Nicolas Sarkozy, elle "incarnait le visage de la liberté, du courage et de l'amour. Elle était une résistante d'hier et une citoyenne de tous les jours. C'est une grande femme de France qui nous quitte aujourd'hui", a-t-il déclaré. "Au nom de la liberté, elle refusa la soumission de la France, la haine et l'antisémitisme".

Voir le profil de l'utilisateur

3Décès de Lucie Aubrac Empty Re: Décès de Lucie Aubrac le Jeu 15 Mar - 21:36

Savoyard

Savoyard
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Bartatac a écrit:...Une cérémonie, proposée par Jacques Chirac au mari de la défeinte, aura lieu aux Invalides pour son inhumation, à une date qui sera rapidement déterminée. Jacques Chirac a exprimé jeudi sa "tristesse" et son "émotion", déplorant une "grande perte pour la France". Pour Nicolas Sarkozy, elle "incarnait le visage de la liberté, du courage et de l'amour. Elle était une résistante d'hier et une citoyenne de tous les jours. C'est une grande femme de France qui nous quitte aujourd'hui", a-t-il déclaré. "Au nom de la liberté, elle refusa la soumission de la France, la haine et l'antisémitisme".
Shocked

http://www.france.attac.org/IMG/pdf/appelpcnr.pdf

http://www.ac-versailles.fr/etabliss/clg-la-bruyere-osny/lucie_aubrac.htm

Et plein d'autres Wink


_________________
Kick only
Voir le profil de l'utilisateur

4Décès de Lucie Aubrac Empty Re: Décès de Lucie Aubrac le Ven 16 Mar - 12:54

Bartatac

Bartatac
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Décédée mercredi à l'âge de 94 ans, Lucie Aubrac était passée à plusieurs reprises en Côte-d'Or, ces dernières années. A chaque fois, elle impressionnait par une force de conviction alliée à une grande humilité.

La mémoire collective française compte une nouvelle figure depuis mercredi. La disparition de Lucie Aubrac, survenue à l'âge de 94 ans, est à la fois le signe d'une page qui se tourne mais donne aussi une autre dimension au personnage. Au même titre que Jean Moulin, Lucie Aubrac personnifiait l'esprit de Résistance, qu'elle avait su mettre en perspective, au-delà même du contexte particulier de la Seconde Guerre mondiale. Elle le disait souvent : les raisons de résister existaient encore, même de nos jours. Ses prises de positions, en 2003, sur la nécessité de préserver, dans la société française, les acquis issus du Conseil national de la Résistance (CNR), comme la Sécurité sociale, avaient un écho particulier.
Elle faisait forte impression
Comme elle le fit de manière inlassable partout en France, Lucie Aubrac est venue témoigner à plusieurs reprises dans les établissements scolaires côte-d'oriens. A chaque fois, sa façon de décrire de manière simple et naturelle des actes d'un héroïsme et d'un courage sans faille faisait forte impression.
Ce fut le cas en novembre 1996 face à des classes de troisième et de seconde à Châtillon-sur-Seine, auprès desquelles cette femme rappela qu'on ne pouvait confondre Allemands et nazis. Quelques mois plus tard, en février 1997, et à l'occasion de la sortie du film Lucie Aubrac de Claude Berri, c'est avec son mari, Raymond Aubrac, qu'elle revenait à Dijon, où était né ce dernier. Le couple s'y était uni en 1939. Là, elle avait rappelé aux lycéens du Castel que, « pour comprendre le monde d'aujourd'hui, il faut que vous sachiez ce que vous devez à la Résistance ». Comme en écho à cette phrase, Raymond Aubrac était alors très impliqué dans la défense des sans-papiers de l'église Saint-Bernard.
En janvier 2000, voilà de nouveau Lucie Aubrac, pour une intervention sur le campus universitaire de Dijon, devant des étudiants en histoire. Elle-même professeur agrégée dans cette matière, elle avait expliqué comment, sous l'Occupation, enseigner l'histoire permettait de faire des cours de Résistance : « C'était une aventure extraordinaire, disait-elle, que d'être du côté de la vérité, de la réalité, du droit. » Elle était également intervenue au CHS de la Chartreuse, afin de parler, encore et toujours de Résistance : « L'essentiel de mon refus, aujourd'hui, rappelait-elle, c'est l'exclusion économique, raciste. Ce qui rejoint le sort des milliers de psychotiques qui n'existent pas, fondus dans la masse sans rien demander (40 % des SDF sont des malades mentaux) ». Un discours toujours d'actualité aujourd'hui, notamment par rapport aux prisons.
Son dernier passage à Dijon remonte à novembre 2002. On avait alors donné le nom de Lucie et Raymond Aubrac à l'ancienne salle de la bibliothèque de la Fontaine-d'Ouche.
Berty ROBERT

Voir le profil de l'utilisateur

5Décès de Lucie Aubrac Empty Re: Décès de Lucie Aubrac le Mer 21 Mar - 12:43

Bartatac

Bartatac
Total Burgondes !!!
Total Burgondes !!!
Ce mercredi à la mi-journée, les honneurs militaires seront rendus à Lucie Aubrac dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides, à Paris. Après "La Marseillaise" et "Le Chant des partisans", une petite-fille de la résistante et une universitaire prendront la parole en présence de Jacques Chirac qui rendra ensuite hommage à Lucie Aubrac, l'une des dernières grandes figures de la Résistance, décédée à l'âge de 94 ans.
Aujourd'hui, il ne reste que 67 Compagnons de la Libération survivants sur un total de 1036 nommés dans cet ordre créé en novembre 1940 par le général de Gaulle. Le benjamin, Louis Cortot, aura 82 ans dans quelques jours. Le doyen Paul Louis-Dreyfus a 98 ans. Germaine Tillion, qui a participé à la fondation du tout premier réseau de résistance, celui du Musée de l'Homme à Paris, fêtera son centième anniversaire le 30 mai. Stéphane Hessel, qui avait organisé la couverture radio sur l'ensemble de la Résistance avant le débarquement de juin 1944, a 89 ans. Le dernier survivant du Conseil national de la Résistance (CNR), Robert Chambeiron, qui en fut le secrétaire général adjoint, a 91 ans.
En mars 2004, à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire du programme du CNR, Lucie et Raymond Aubrac, Germaine Tillion, Stéphane Hessel, Daniel Cordier (secrétaire de Jean Moulin), le philosophe Jean-Pierre Vernant (décédé en janvier à 93 ans) ou l'ancien dirigeant communiste Maurice Kriegel-Valrimont (décédé en août 2006 à l'âge de 92 ans) appelaient les jeunes générations à réagir devant la remise en cause du "socle des conquêtes sociales de la Libération".

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum